D’où vient la véritable innovation éducative ?

Sugata Mitra

Sugata Mitra

L’édition 2010 de l’événement Online Educa Berlin (OEB) a rassemblé plus de 2000 participants venus de plus de 100 pays autour du thème « L’éducation pour tous ». Cet événement est une occasion de faire se rencontrer les acteurs académiques, commerciaux et de la formation professionnelle autour de problématiques liées à la formation à distance et au potentiel des TIC en éducation et formation.

La synthèse des échanges et présentations réalisés pendant cette manifestation se trouve sur le site d’OEB, sous le titre « Call for Radical Change in Learning Culture ».

Le souhait de changer de perspective et de dimension en matière d’éducation et de formation fut si fort chez les participants que l’invention d’une nouvelle culture de l’apprentissage constituera le thème de la prochaine édition, du 30 novembre au 2 décembre 2011.

Les TIC favorisent l’innovation sociale dans tous les espaces d’apprentissage

Car d’innovation, il en a déjà été beaucoup question lors de l’édition 2010 d’OEB. Cette innovation se repère à trois niveaux :

– Dans les outils et technologies disponibles et en projet, qui se caractérisent par des interfaces de plus en plus intuitives et des fonctions de partage toujours plus grandes. Les nouveaux appareils seront encore plus intuitifs que ceux dont nous disposons aujourd’hui, réagissant aux mouvements de l’utilisateur. Un présentateur a évoqué SixthSense, plateforme développée au MIT de Boston, qui permettra à un photographe de « cadrer » ce qu’il veut prendre en photo avec ses mains, l’appareil détectant ce geste et enregistrant directement ce qui se trouve dans ce cadre improvisé !

– En formation professionnelle, dans la part croissante que prend la formation par les pairs, par le biais de vidéos, d’utilisation de wikis ou de cartes mentales partagées. Cette tendance, autorisée par des outils de plus en plus répandus et simples d’utilisation, témoigne surtout de la nécessité de nouveaux modes de management, laissant une autorité accrue aux employés.

– En éducation, là encore par l’irrésistible montée en puissance de la formation par les pairs.

L’innovation éducative radicale vient des marges

Ce dernier point a été illustré par de nombreux témoignages, qui montrent que l’innovation éducative radicale se produit à la marge des systèmes éducatifs formels, dans des espaces où l’apprentissage est une question de survie bien plus que de culture ou de loisirs. Des apprentissages avec des résultats rapides, sans superstructure éducative pesante et pratiquement sans maîtres, voici ce que nous proposent des expérimentations menées au Kenya (dans les bidonvilles de Nairobi, des jeunes filles s’apprennent mutuellement à éviter la contamination par le VIH), au Brésil (des jeunes sortant de prison réinvestissent dans un projet professionnel les savoir-faire commerciaux et informatiques acquis dans le cadre de leur « travail » de vendeur de drogue et en prison), ou en Inde. Le célébrissime Sugata Mitra était de la fête et a profité de l’occasion pour lancer deux messages aux responsables éducatifs du monde entier :

L’apprentissage par les pairs est efficace, il faut maintenant mobiliser les efforts pour le certifier;

Les systèmes éducatifs formels actuels sont à bout de souffle, ils craquent de toutes parts, il faut se dépêcher d’en sortir.

Adrian Sannier, du Pearson College (principal sponsor d’OEB) a affirmé que si nos systèmes scolaires avaient échoué à utiliser efficacement les Tice, c’est parce que nous avions gardé les mêmes lunettes pour examiner des situations radicalement nouvelles : nous nous sommes accrochés à la situation canonique un maître – une classe et à l’éducation descendante. Il appelle de ses voeux une situation d’apprentissage semblable à une manifestation sportive, menée par une équipe cherchant à avoir des résultats et à s’améliorer constamment.

Une intervenante a souligné l’importance de former les futurs enseignants non au maniement des Tice, mais à la créativité pédagogique avec les Tice. Elle propose d’organiser des concours pour ces étudiants en éducation, qui leur permettrait de confronter leur ingéniosité et leur sens de l’innovation.

On constate donc que les TIC, par ce qu’elles rendent possible en termes d’apprentissages autonomes, de collaboration et d’accès aux ressources, continuent de bousculer les milieux entrepreneuriaux et éducatifs. Les innovateurs font rarement entendre leur voix aussi fort que durant l’OEB. On peut continuer de les ignorer… ou estimer que leurs utopies d’aujourd’hui sont notre avenir déjà en cours de construction.

Call for Radical Change in Learning Culture. Portail Online Educa Berlin, 20 décembre 2010.

Voir aussi : OEB 2010, Post-Conference Report, online-educa.com (.pdf)

Illustration : David Ausserhofer, site de l’OEB. Photo sous licence Creative Commons Attribution 2.0 Germany License.

http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/6828/vient-veritable-innovation-educative/

A propos Christine Vaufrey

Directrice de MOOC et Cie : http://mooc-et-cie.com/. Je veille, surveille et expérimente toutes les formes d'apprentissage en ligne.
Cet article, publié dans apprendre, Créativité, enseignement secondaire, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s