Élèves et documentalistes sur Babelio

Il y a encore peu d’enseignants qui invitent leurs élèves à les rejoindre sur les réseaux sociaux publics. Mais au début de l’année 2013, en France, plusieurs classes conduites par le professeur documentaliste de leur établissement se sont inscrites en choeur sur Babelio, le réseau social des amoureux de la lecture.

Sous l’impulsion de Magalie Bossuyt, professeur documentaliste au lycée Jules Fil de Carcassone, les classes se sont alors engagées dans un défi lecture d’un nouveau genre. Si vous ne savez pas ce qu’est un défi (ou rallye) lecture, nous vous invitons à consulter l’article rédigé cette semaine par Philippe Menkoué sur une application permettant de fabriquer les fameuses fiches qui sont utilisées lors de cette manifestation; vous y trouverez aussi des liens vers des sites fort bien faits, qui vous expliqueront l’essentiel sur cet exercice dont le but est d’encourager les élèves à lire.

Aimer des livres – et savoir le dire

Mais revenons à Babelio. Six classes se sont donc trouvées en « coopétition » sur le célèbre réseau social pour créer leur bibliothèque de classe idéale. Pour cela, les élèves ont utilisé tous les outils proposés sur le site : les critiques de livres d’abord et avant tout, car c’est une chose que d’aimer un livre et le recommander à ses amis, et c’en est une autre d’expliquer pouquoi. Essayez, pour voir ! Les élèves ont également voté pour les critiques de leurs camarades, découvert de nouveaux livres qu’ils ont ajoutés à leur bibliothèque, ils se sont fait des amis virtuels, ont acquis des badges présentant leurs ouvrages ou genres littéraires favoris, ils ont extrait des citations des livres qu’ils aimaient, enfin bref, ils ont lu, beaucoup, échangé, encore plus, et peut-être même certains sont-ils restés actifs sur Babelio après la fin de l’activité ?

Car il faut bien l’admettre, Babelio est un site drôlement sympa. On y découvre des livres de toutes sortes, on s’exprime sans crainte sur ce qu’on aime ou ce qu’on n’aime pas, on met des étoiles, on regarde des vidéos sur les auteurs, on bavarde avec les amis qui partagent nos goûts, on achète des livres… Comme le dit Franck Queyraud, directeur adjoint de la bibliothèque de Saint Rapahël, « Babelio aurait du être inventé par des bibliothécaires !« . Des bibliothécaires qui auraient eu envie d’aller à la rencontre des lecteurs, de tous les lecteurs, plutôt que d’attendre que ceux-ci viennent les retrouver dans les bibliothèques.

Les bibliothécaires à l’assaut de Babelio

Mais si les bibliothécaires n’ont pas inventé Babelio, ils l’utilisent.

A la suite du défi lecture dont nous avons parlé plus haut, un groupe de professeurs documentalistes a décidé de s’inscrire sur Babelio et de mener sa propre aventure, appelée Babeliodocs. Eux aussi ont commencé à commenter et repérer les livres échanger leurs notes de lecture, et sélectionner des ouvrages pour les élèves comme pour les adultes. Cette activité déjà intense ne leur a pas suffi; ils ont créé le mot-dièse#babeliodocs sur Twitter, ouvert un tableau collaboratif sur Pinterest, un espace dansPearltrees… Bref, ils s’éclatent et le font savoir ! L’objectif avoué (qui est de sélectionner des livres pour les CDI des établissements) en est presque devenu secondaire, et c’est très bien comme ça. Le plus important, c’est d’aimer ce que l’on fait. L’utilité ou l’apprentissage viennent en addition, exactement de la même façon que lorsqu’on jour en classe, l’essentiel est de s’amuser et l’apprentissage viendra en plus, comme nous le dit si bien Thomas Laigle.

Dans les établissements de ville, certains bibliothécaires se sont eux aussi lancés. C’est par exemple le cas à la bibliothèque municipale de Valence, où le fait de publier des critiques d’ouvrages sur Babelio a fait l’objet d’une décision stratégique visant à renfrocer la présence numérique de la bibliothèque sur la toile. Les résultats en termes d’audience ne sont pas extraordinaires, mais manifestement, l’activité est désormais totalement intégrée aux tâches courantes des bibliothécaires et avec un peu plus de communication, cela pourrait porter ses fruits. Qui sait, on verra peut-être même se créer une annexe de la bibliothèque valentinoise sur Babelio, dans laquelle usagers et bibliothécaires échangeraient à statut égal ?

Babelio peut donc être utilsé comme une sorte de bibliothèque hors les murs, où tous les amateurs de livres trouvent une convivialité qui, par manque de moyens, de temps ou tout simplement de stimulation, n’est pas toujours mise en place dans les établissements physiques, même si certains d’entre eux font preuve d’une grande créativité à ce niveau.

L’activité numérique d’une bibliothèque ne l’éloigne donc pas systématiquement de son objet de prédilection, le livre. Au contraire, les lecteurs se retrouvent sur la toile, la mettent au service de ce qu’ils aiment faire : lire des heures entière et parler de ce qu’on a lu avec ses amis.

LIENS :

Babelio : http://www.babelio.com/

Magalie Bossuyt. « Le Défi Babelio. » prezi.com. 13 février 2013.http://prezi.com/evluac6bsip_/le-defi-babelio/?utm_source=website&utm_medium=prezi_landing_related_solr&utm_campaign=prezi_landing_related_author.

Michaux, Stéphanie. « Franck Queyraud : « Babelio aurait dû être inventé par des bibliothécaires ! » Lettres Numériques | une initiative de la Communauté française. 1er mars 2013.
http://www.lettresnumeriques.be/2013/03/01/franck-queyraud-babelio-aurait-du-etre-invente-par-des-bibliothecaires/

Doc pour docs. « Babeliodocs : le défi Babelio des profs-docs. » 6 mars 2013.http://docsdocs.free.fr/spip.php?breve724.

SlideShare. « Les bibliothèques valentinoises sur Babelio. » 23 juillet 2011.http://fr.slideshare.net/bibs_valentinoises/les-bibliothques-valentinoises-sur-babelio.

Illustration : capture d’écran de la page de présentation d’un ouvrage sur Babelio

Article initialement publié le 16 avril 2013.

http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/19929/eleves-documentalistes-sur-babelio/

A propos Christine Vaufrey

Directrice de MOOC et Cie : http://mooc-et-cie.com/. Je veille, surveille et expérimente toutes les formes d'apprentissage en ligne.
Cet article, publié dans établissements patrimoniaux et culturels, enseignement secondaire, réseaux sociaux, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s