MOOC de Culture digitale : le principe d’apprentissage. Dans la salle du serveur – 2

salle-serveur-2Tout apprentissage est le résultat d’une exposition aux informations, de leur appropriation et de leur transformation. Chacun apprend ce qu’il veut, peut, souhaite, mais jamais exactement comme le formateur l’a imaginé. Une fois l’exposition aux informations réalisée, tout reste à faire ! Utiliser, discuter, comparer, mettre en cause, détruire, reconstruire… L’apprentissage est toujours actif et met en oeuvre des opérations complexes, qui vont bien au-delà de la mémorisation. Les pédagos ont tous la pyramide des objectifs de Bloom accrochée au-dessus de leur bureau, n’est-ce pas ?

Parmi les concepteurs du MOOC Le Digital, Vivons-le ensemble chez Orange, on compte nombre de formateurs et de concepteurs pédagogiques pour qui ce qui précède est une évidence ou au moins, une réalité quotidienne dans leur métier. Réunis sur la base du volontariat sur le projet MOOC, ces professionnels ont adopté sans hésiter ce que Thierry Laffont et moi avions proposé comme principe élémentaire de scénarisation des séquences : 20 % de contenus, 80 % d’activités.

Ce qui n’est pas complètement évident à respecter, tant les ressources sont abondantes (je reviendrai sur les ressources dans le prochain billet). La culture numérique se caractérise évidemment, fondamentalement, par le passage de la rareté à l’abondance et ce que cette abondance génère chez nous : des comportements d’écureuils, qui ramassent tout ce qui peut servir et l’enterrent dans un trou pour les mauvais jours. Puis l’oublient. L’infobésité n’est qu’une des manifestations de ce comportement compulsif. Parmi les autres, on évoquera le fait de créer des listes à tout propos, des espaces de curation qui sont tout sauf « curés » (ressources pas triées par l’homme mais ajoutées automatiquement à partir de mots clés), l’esthétique qui désormais s’attache à cette abondance, etc.

Il a donc fallu aller contre cette tendance spontanée et limiter drastiquement le nombre de ressources à proposer. Orienter l’énergie et le talent des concepteurs vers la création d’activités, en grand nombre, qui seront toutes proposées aux participants, jamais imposées.  Disons-le tout de suite, nos collègues se sont prêtés avec plaisir et créativité à cet exercice.

Les activités ainsi élaborées privilégient la conversation et l’échange entre participants d’une part, l’utilisation d’outils et services numériques d’autre part, avec retour d’expérience partagé.  Elles inscrivent l’apprentissage dans la réalité. Il s’agit non seulement de parler de quelque chose, mais aussi de le faire.  Six patterns d’activité ont été identifiés : débat, découverte, expérimentation, partage, expression publique, production.

Recherche d’information en ligne, utilisation d’applications mobiles et de services dans le cloud, paramétrage de comptes, sécurisation des données personnelles, accès aux films et à la musique, achats en ligne… Autant de thèmes qui seront abordés par le biais de l’expérimentation et de la mise en commun.

Le digital, vivons-le ensemble commence le 31 mars. Pour s’inscrire, c’est ici.

Et pour les commentaires, c’est en-dessous.

Photo originale : cc licensed ( BY ) flickr photo by Alex:http://flickr.com/photos/40987321@N02/5580348753/

About these ads

À propos de Christine Vaufrey

Consultante en digital learning et MOOCs, je veille, surveille et expérimente toutes les formes d'apprentissage en ligne.
Ce contenu a été publié dans apprendre, MOOC, usages du web, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

11 réponses à MOOC de Culture digitale : le principe d’apprentissage. Dans la salle du serveur – 2

  1. 20% de contenus, 80% d’activités : je trouve le ratio très intéressant et la difficulté très grande. Il faut lutter contre l’infobésité de manière drastique.

    • Christine Vaufrey dit :

      Oui Stéphane, je partage votre avis. Mieux vaut connaître moins de choses mais savoir faire les liens entre ces choses. Au travail !

  2. Vincent dit :

    Tiens du Pareto dans un MOOC !
    Ce ratio 20/80 illustre bien le connectivisme ou l’envie de partager et d’apprendre avec les autres. Effectivement Stéphane, c’est plus compliqué de dépasser une simple transmission du savoir…
    Et si le succès d’un MOOC tenait à la place accordée à l’individu !?

    • Christine Vaufrey dit :

      Et si le succès de toute volonté d’enseignement tenait à la place accordée à l’individu, à sa liberté de choix et souhaits d’apprentissage ? Merci Vincent ;-)

  3. didac2b dit :

    Quand les concepteurs de moocs réfléchissent à la pédagogie, c’est tout de même mieux. Merci !
    Ça me rappelle le modèle 70-20-10 : on apprend pour 70% de nos activités, pour 20% de notre environnement humain (collègues, etc), et pour 10% de nos lectures ou de cours…
    — Christine, le lien qui part de Thierry pointe à nouveau vers la pyramide…

    • Christine Vaufrey dit :

      Erreur de lien corrigée, merci :-)
      Et oui, on oublie un peu trop souvent qu’un MOOC, c’est avant tout un cours, pas un outil de communication…

  4. Ping : MOOC de Culture digitale... Dans la salle du se...

  5. Ping : MOOC de Culture digitale : le principe d'appren...

  6. Ping : Formation : le principe d'apprentissage. | RoBo...

  7. Ping : Formation : le principe d'apprentissage. | Info...

  8. André Brault dit :

    juste un mot de la part d’un des concepteurs
    l’envie qui nous a toujours guidés : que tous les participants prennent autant de plaisir à y apprendre et à l’enrichir, que celui que nous avons pris à l’imaginer.
    André

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s